Dinant à Solférino

En juin 1859, lors de la deuxième guerre d’indépendance italienne, la guerre entre l’armée autrichienne et les forces de la coalition franco-sarde et piémontaise dans la région italienne de Lombardie a commencé. Le 4 juin, environ 130 000 membres de l’armée autrichienne ont été vaincus lors de la bataille de Magenta et se sont retirés vers l’est. L’empereur autrichien Franz Joseph Ier s’est rendu sur le front. L’armée franco-sapienne de 140 000 habitants a poursuivi l’armée autrichienne sous le commandement conjoint du roi Napoléon III et du roi piémontais sarde Victor Emmanuel II. Le 24, les deux armées n’ont pas l’intention de faire face au sud-est de Castiglione, la petite ville de Solférino, à environ 4 miles de distance, et aux environs. À partir de 4 h 30 environ du matin, l’armée autrichienne battait en retraite vers 15 heures, et les violents combats ont provoqué de lourdes pertes: l’armée autrichienne a tué 2 386 personnes, blessé 10 807 personnes et 8 638 personnes perdues ou capturées; la coalition avait également 2 492 personnes ont été tuées, 12 512 ont été blessées et 2 922 ont été perdues ou capturées. L’homme d’affaires suisse Henry Dunant (1828-1910) était présent, témoin de cet “horrible combat au corps à corps”. Il a ensuite rappelé:

L’Autriche et la France – les forces de la coalition Sapiian se sont piétinées, vous tuant sur le cadavre ensanglanté. Ils ont impitoyablement tiré sur l’ennemi avec un fusil, écrasé sa tête avec un sabre et transpercé la poitrine et l’abdomen de l’ennemi avec une baïonnette. Sans pardon et refus de se rendre, c’était un massacre, un combat brutal entre les bêtes brutales pour le sang et la colère, et même les blessés se battaient jusqu’au dernier souffle. Sans armes, ils ont attrapé la gorge de l’ennemi et l’ont mordu avec les dents.

… Les armes à feu ont été touchées par des morts et des blessés éparpillés partout, et les cerveaux se sont déversés sous les roues. Lorsque les membres sont cassés, le corps humain est ruiné pour retrouver son aspect d’origine. Le sol était mêlé de sang et le cadavre était partout. (Traduction de Yang Xiaohong)

Dinant a rarement vu cette scène.

Il y a trois ans, en 1856, Dinant fut autorisé à créer une entreprise dans la colonie française algérienne, mais il fallut longtemps pour différer l’utilisation de la terre et de l’eau et les autorités coloniales refusèrent de coopérer. Il décida donc d’apporter à Napoléon III un livre intitulé “La résurrection de l’empereur Napoléon III du Saint-empereur romain Charlemagne”, afin de faire directement appel à l’empereur français. À cette époque, l’Autriche occupait la majeure partie du territoire italien et le siège de Napoléon III était situé dans la petite ville de Solférino.

Après avoir appris l’emplacement de l’empereur Napoléon III, Dinant alla rejoindre un petit taxi à baldaquin et vit une telle tragédie sur son chemin. Face à une situation aussi tragique, que peut penser Dinnan?

Dinan est le fils aîné d’un calviniste genevois. Toute la famille apprécie le sens du service social. Son père travaillait dans les prisons et les orphelinats, aidant activement les orphelins et les libérés, et sa mère considérait le soulagement des malades et des pauvres comme leur devoir. . Dinant a grandi dans l’éveil religieux et peut être décrit comme “Réveil”. Dès son plus jeune âge, il suivait souvent sa mère pour rendre visite aux pauvres et aux malades, leur faisant du bien, et cultivant ainsi un cœur charitable de fidélité, faisant preuve d’un soin infini envers les malades, les faibles, les malchanceux et d’autres personnages sous-jacents. Donnez-leur l’aumône à leur propriété. Après avoir vécu indépendamment à l’âge de 18 ans, les activités caritatives de Dinant ont été étendues: non seulement il a mené des activités de secours religieux, mais il a également participé activement à la «Geneva Alms Society» dans le but d’aider les autres et a ensuite suivi l’exemple d’il y a deux ans. L’organisation “YMCA”, qui a été créée à Londres puis s’est rapidement étendue à la Grande-Bretagne et à d’autres pays, a lancé la création du “YMCA” chargé de promouvoir les qualités nobles des chrétiens. Grâce à l’initiative et à la précipitation de Dinant, l’union des syndicats de jeunes hommes de Genève fut officiellement annoncée en novembre 1852 et devint en août 1855 une organisation mondiale, le YMCA mondial. Genève.

L’article de Matthew Newcomb dans le Journal of Rhetoric Review, volume 34, n ° 4, 2015, «De voyageur à planificateur: Dinant se prépare à l’impact des mémoires de Solferino» (Matthew Newcome: Du touriste au planificateur: se préparer à l’affect chez Henri Dunants (Un souvenir de Solferno) a écrit:

Dinant est une riche famille genevoise passionnée de calvinistes. Son cœur charitable et bienveillant a émergé sous plusieurs aspects très tôt. Il est membre de la Geneva Alms Association, membre de la Geneva Alms Association, qui vise à apporter une aide matérielle et spirituelle aux personnes vivant dans la pauvreté et la maladie. Il n’est pas un entrepreneur prospère et sa situation difficile dans ce domaine lui a donné cette “opportunité” de se présenter en Italie.

Pour le moment, quel genre de scène est devant Dinant! Il a écrit:

Le champ de bataille était couvert de cadavres humains et de chevaux, et des corps étaient éparpillés sur les routes, dans les tranchées, dans les canyons, dans les buissons et dans les champs, en particulier près de Solférino.

Les pauvres blessés découverts après une journée complète de blessures étaient pâles et épuisés. Certaines personnes gravement blessées sont inconscientes, comme si elles ne pouvaient pas comprendre ce que les gens lui disaient, juste en vous regardant avec leurs yeux. Mais l’extrême faiblesse du corps ne les a pas rendus inconscients de la douleur. D’autres sont angoissés à cause d’une fatigue mentale excessive et de contractions soudaines. Il y a aussi des personnes dont les plaies commencent à être purulentes et la douleur va devenir folle. Ils ont supplié les gens de les tuer pour soulager la douleur. Certains se tordent encore sur le sol et leurs visages ont changé dans la lutte avec le dieu de la mort.

Dans un tel moment, le philanthrope qui a fait de bonnes actions songe encore à voir Napoléon III pour ses propres affaires? Sa première pensée fut de se consacrer immédiatement à l’initiation et à l’organisation du travail d’ambulance aux blessés, car à cette époque, les services médicaux pour les militaires n’existaient pas. Ainsi, avec lui, un à un, les soignants ont été organisés et des milliers de blessés ont été installés dans des églises, des écoles et des maisons, “soignant les blessés quelle que soit leur nationalité”, les réconfortant, les pansant et les nourrissant. Chaque ville est devenue un hôpital temporaire. Cependant, Dinant veut aussi plus.

Dinant a prédit à partir de sa vision que l’humanité ne pourrait pas complètement éviter la guerre et que, dans la guerre à venir, des armes plus terribles seraient inventées, ce qui en ferait encore plus cruel. Afin d’éviter la résurgence de scènes aussi horribles dont il a été témoin lors de la bataille de Solférino et de la mort tragique de l’absence de soins médicaux, il a proposé une idée. Voici son grand idéal: “S’il y a un soulagement international lors de la bataille de Solférino … alors combien utile ils serviront!” Cet idéal, en particulier, est principalement: ” En période de paix et de sécurité, un groupe d’ambulances sera créé pour permettre à ces volontaires enthousiastes, loyaux et pleinement compétents de servir les blessés en temps de guerre et de mettre au point une convention internationale sacrée et inviolable à l’intention des blessés et du personnel ambulancier. Il est considéré comme neutre et protégé par la loi. Parce que “l’humanité et la civilisation appellent de toutes leurs forces à la création d’une telle organisation blessée”. À cette fin, Dinnan a écrit son propre livre à Solférino et ses pensées en tant que livre intitulé “Un souvenir de solférino”, publié à ses propres frais en 1862. .

Les mémoires de Dinan ont été immédiatement traduits en allemand, italien, suédois et dans d’autres textes, produisant une vaste gamme d’effets sensationnels. Le grand écrivain Victor Hugo s’est dit profondément touché, et les frères Goncourt ont qualifié le livre de “mille fois plus beau que les poèmes d’Homère”, le célèbre philosophe et historien Ernest Lenan. Dans la lettre à l’auteur, il a déclaré: “Vous avez créé la plus grande œuvre de ce siècle.” Florence Nightingale lui a également écrit, exprimant son soutien à son initiative. Et le prince prussien Friedrich Karl, le chef religieux de Jérusalem, les anciens de Saint-Jean, se sont engagés à soutenir la vision de Dinant de créer une institution internationale, ainsi que le roi du royaume saxon et Napoléon qui ont personnellement participé à la bataille de Solférino. III, a également promis de faire tout son possible pour aider.

L’appel de Dinant s’est rapidement transformé en action. Le 9 février 1863, cinq citoyens suisses ont tenu une conférence à Genève, connue plus tard sous le nom de «Geneva Public Welfare Association», «examinant sérieusement les recommandations des Mémoires de Solerino» et nommant M. Stafford Munière, président du comité composé de cinq membres, a décidé de commencer immédiatement les travaux au nom de la Commission internationale pour l’infliction des blessures parmi les soldats blessés, conformément aux recommandations de Dinant. Une semaine plus tard, lors de sa première réunion le 17 février, le comité avait annoncé qu’il s’agissait d’un comité permanent international. Ils se sont ensuite retrouvés le 17 mars et ont finalement contribué à une conférence historique du 26 au 29 octobre. Lors de cette conférence à Genève, à laquelle ont participé 36 délégués de 16 pays, il a été décidé d’utiliser un brassard blanc comme symbole de la conférence, suivi d’une croix rouge. La principale réalisation de cette conférence a été de déterminer les fonctions et les méthodes de travail du Comité international pour le préjudice causé à la personne blessée et d’adopter 10 décisions, formant ainsi la charte du Mouvement de la Croix-Rouge et ouvrant le Mouvement de la Croix-Rouge internationale.

Dinant est un homme d’affaires, un touriste, comme il l’a souvent dit, il n’est “qu’un touriste”. Ce n’est que par hasard qu’il a coïncidé avec la bataille de Solférino, qui a permis la libération du cœur philanthropique enfoui dans son cœur, et enfin en 1901 avec l’économiste français Frederick Passy. Ensemble, a remporté le premier prix Nobel de la paix.

Contrairement au témoignage non intentionnel de Dinant sur la bataille de Solférino, une autre personne, Adolf Ivan, s’intéressait au champ de bataille de Solférino.

Adolphe Yvon (1817 – 1893) était un peintre français. Il a été enseigné par le peintre français Paul Della Roth, célèbre pour avoir créé une série de peintures sur la guerre napoléonienne.

En septembre 1855, peu après la fin de la guerre de Crimée, opposant la Russie, le Royaume-Uni, la France et les Turcs ottomans, le gouvernement français chargea Ivan de peindre une grande peinture à l’huile montrant que l’armée française était juste le 8 septembre. Le bastion défensif russe qui a attaqué Marathov de Sébastopol, l’armée russe a dû faire sauter la forteresse le 11. Yvonne se rendit en Crimée le 19 février 1856. Après six mois de préparation, il termina le “Lutte Marahof, le 8 septembre 1855” en 1857. La peinture a été exposée au Salon de Paris et a remporté le “Prix d’honneur”.

La récompense au salon rendit Ivan célèbre et attira également l’attention de Napoléon III. Ainsi, Ivan a également créé deux œuvres liées aux œuvres de Marahov “Le mur de Marahov” et “La gorge de Marahov”, soumises au Salon de 1859. Le New York Times a estimé que “Throat” est “sans aucun doute la meilleure scène de guerre dessinée par la France depuis de nombreuses années” et que “destined” remportera à nouveau le grand prix. Mais Jonathan Marville a déclaré dans le Jonathan Marwil (Visite de la guerre moderne dans le Risorgimento en Italie): “Mais cela n’a rien à voir avec l’empereur (Napoléon III), il espère qu’Ivan tirera sa guerre en Italie, Ces œuvres ont toujours été significatives dans l’esprit de la prochaine génération du public. Ivan est impatient de jouer ce nouveau rôle. “Ainsi, lorsque Paris a célébré la victoire de Magenta, Ivan a décidé de s’y rendre et de l’achever. La peinture à l’huile à grande échelle “La bataille de Solférino”. Il y a aussi une peinture “Henry Dunant à Solférino” qui pourrait aussi être l’œuvre d’Ivan. Ces deux œuvres, en raison de la résurgence de la scène de bataille cruelle sur le champ de bataille de Solférino et de la scène émouvante du sauvetage sur le champ de bataille de Dinant avec la population, ont profondément choqué le public et sont devenues un tableau de renommée mondiale. Apprécié par les gens.

Share